Local et solidaire

TERROIRS D’AVENIR

Cigale Mag N°39
Juin 20011

 

Pour valoriser les produits oubliés, Samuel Nahon et Alexandre Drouard ont lancé il y a trois ans « Terroirs d’avenir ».

Adeptes du mouvement Slow Food, deux copains d’une école de commerce ont décidé de jouer les intermédiaires entre restaurateurs parisiens et producteurs qui selon eux « manquaient de débouchés commerciaux ». Ils ont donc passé un accord pour proposer des produits frais et d’exception aux restaurants étoilés ou non, voire des bistrots. Parmi eux quelque trois étoiles comme l’Arpège (VIIe), l’Astrance (XVIe), mais aussi Le Comptoir du Relais (VIe), le Racine (IIe). Ainsi, petits pois et fèves côtoient agneau de lait et merlu… Étonnant non ? : « Ce n’est pas forcément du 100 % local, précise Samuel Nahon. L’importance est de proposer des produits d’une extrême fraîcheur ». Il est donc en contact avec un mareyeur de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées atlantiques), dont la flotte est passée en dix ans de
100 bateaux à 10 actuellement : « Ce n’est pas de la charité, poursuit Samuel, mais de la solidarité pour soutenir la pêche face à la concurrence espagnole. De plus, le merlu est un produit magnifique. Pêché dans la nuit, il arrive encore vivant chez les restaurateurs parisiens. »
Passionnés de cultures artisanales, les deux copains sont partis sur les traces du chou de Pontoise, du pissenlit de Montmagny, du cresson de Méreville, des asperges d’Argentueil, mais encore des fraises de la vallée d’Orgeval.

Contact : mailto:info@terroirs-avenir.fr