ANATOMICA

Cigale Mag N° 31
Janvier-février 2010


Photos : Nicolas Schiffmacher
Au cœur du Marais, dans la petite rue du Bourg-Tibourg, la boutique de Pierre Fournier a un mot d’ordre : « Rien ne peut se faire de grand dans des chaussures trop petites ».

Pour tous ceux que le ballet incessant des modes et des tendances laisse de marbre ; tous ceux qui contemplent chaque année les nouveaux modèles du prêt-à-porter sans pouvoir s’empêcher de songer que dans six mois, toutes ces petites extravagances follement « in » seront définitivement « out » ; tous ceux enfin qui se demandent s’il n’existe pas un moyen plus sûr de se démarquer qu’en plagiant les atours de telle ou telle star ; pour tous ceux-là, dont on ne doute pas que vous soyez – Anatomica est une référence.

DROIT DANS SES BOTTES
La boutique de la rue du Bourg-Tibourg doit son nom aux chaussures anatomiques, spécialité affichée de la maison. Devant notre air dubitatif, Pierre Fournier s’empresse de nous expliquer : « Lorsqu’on lui parle de chaussures anatomiques, le Français s’imagine un touriste allemand en chaussettes dans ses sandales. Mais la chaussure anatomique, ce n’est rien d’autre qu’une chaussure qui respecte l’axe naturel du pied, indépendamment de l’esthétique. » Et effectivement, si la célèbre Birkenstock n’est pas absente du magasin, elle n’est pas non plus en surreprésentation. Les modèles plus discrets – mais tout aussi anatomiques – ont la part belle. Les bottines et autres chaussures de ville de Pierre Fournier ont donc la particularité d’exister, non seulement dans toutes les tailles, mais surtout dans trois largeurs différentes par taille. Et quoi de plus logique ? Pour un pied fin, un pied normal ou un pied large, la chaussure ne sera pas la même. Là-dessus, Pierre Fournier attrape une feuille de papier et se met à griffonner : « Voilà un pied » – nous acquiesçons. « Et voilà la chaussure censée le protéger » – s’ensuit un cadre au bout triangulaire dont dépassent clairement le pouce et le petit doigt. On en frémirait ; et Pierre Fournier de reprendre avec une pointe de satisfaction : « Il semble en fait que dans la tête des chausseurs d’aujourd’hui, un pied normal ait la forme d’un triangle, avec un gros orteil au milieu et deux petits doigts de chaque côté. » Dit comme ça…


ET ÊTRE BEAU
Les chaussures d’Anatomica respectent le pied : c’est déjà beaucoup, mais ce n’est pas tout. Car du célèbre adage « Il faut souffrir pour être belle », Pierre Fournier ne supprime que la première partie : ce qui saute avant tout aux yeux lorsqu’on entre dans sa boutique, c’est le charme fou tout ce qui s’y trouve. Des chaussures certes, mais également des vestes, des chemises, des manteaux, des pantalons – même des couteaux !

Anatomica se targue de ne pas suivre les tendances. Au lieu de ça, la boutique choisit de redonner ses lettres de noblesse originelles à ce qui, ayant existé autrefois, a été dénaturé par la culture du prêt-à-porter. Le jeans par exemple, passé en moins d’un siècle du statut de vêtement ouvrier, pratique et solide, à celui d’accessoire de base des fashion-victims de tout acabit – Pierre Fournier lui redonne son esprit d’antan. Le caban : on le retrouve à toutes les sauces depuis quelques années… De la coupe jusqu’aux boutons, celui de Pierre Fournier est très exactement calqué sur ceux de l’US Navy des années 20. « Les 6 kilos de tissu en moins », précise-t-il quand même. Et que dire de cette sobre copie de casaque militaire de 1841, sur laquelle notre regard se porte avec envie ?

Les chaussures anatomiques, elles, sont des rééditions des très élégantes chaussures américaines des années 30, qu’une seule maison (américaine of course) continue de fabriquer outre-Atlantique spécialement pour lui. À tel point qu’une certaine clientèle américaine vient se chausser rue du Bourg-Tibourg ! « Pas mal de gens célèbres, surtout », nous explique-t-il sans la moindre vanité.

Anatomica ne suit pas les modes (« Pourquoi copier ce qui existe déjà ? ») mais fait revivre les traditions en y apportant le moins de modifications possible : « Nous n’innovons qu’en dernier recours ! » Fidèle à cette ligne, Pierre Fournier, lorsqu’on lui demande de nous résumer le principe de son magasin, rechigne à parler de « concept ». Mais il annonce néanmoins la couleur aux apparatchiks du prêt-à-porter : « Vous allez tous par là – nous pas. » On le suit sans hésiter…

Anatomica
14, rue du Bourg-Tibourg – IVe
01 42 74 10 20
www.anatomica.fr